Les gens de Chicoutimi, et leur accueil incomparable ! - Salvador Sanchez
Salvador Sanchez

Les gens de Chicoutimi, et leur accueil incomparable !

Les gens de Chicoutimi, et leur accueil incomparable ! - Salvador Sanchez

Il y a 2 semaines, ma femme Jenny, qui revenait d'un suivi à la suite de son botox Quebec, m’a demandé si on pouvait aller visiter sa famille qui demeure au Lac-Saint-Jean. Une de ses tantes est malade et ne se rendra probablement pas à l’été. Je ne pouvais pas lui refuser ça, elle qui est toujours là pour nous. Alors après avoir pris notre vendredi de congé, nous sommes partis le jeudi, immédiatement après le bureau. Après avoir passé la première nuit à l’hôtel, nous nous sommes dirigés vers la résidence où habite sa tante. Avant même d’être rendu à l’étage de la chambre, elle avait rencontré 2 cousines. Comme Jenny n’a pas l’occasion de descendre souvent, la nouvelle a fait le tour de la famille en un temps record. Moins d’une heure plus tard, nous étions une douzaine dans la chambre. L’infirmière en chef, avec qui ma femme avait grandi nous a laissé faire mais en nous demandant de ne pas faire trop de bruit. Je n’avais pas revu certain beau-frère depuis au moins une dizaine d’années. Après la visite, nous étions invités chez mes beaux-parents, et bien sûr, tout le monde a suivi ! Après le souper, un cousin de mon épouse me dit que le lendemain, ils vont tous au Salon Expo Nature, son fils voulant s’acheter un genre de 4 roues. Une fois au fameux Salon d’exposition, il y avait un kiosque, qui présentait différents modèles et à mon grand étonnement, j’ai beaucoup aimé ce que j’ai vu là. En discutant avec le représentant, j’ai appris que c'était le frère d'un ami qui vend des voitures usagées. Inutile de dire qu'en tant qu'ami d'un ami, il pouvait me faire un bon prix. Je ne voulais pas en parler immédiatement à ma femme, mais aussitôt revenu chez ses parents, son frère Bertrand s’est empressé de vendre la mèche ! Sur le coup, ça s’est bien passé. Ma belle Jenny a sûrement reçu une double dose de diplomatie quand celle-ci fut distribuée, mais je peux vous assurer que les 5 heures de route pour revenir à la maison, n’ont pas été de tout repos. Enfin, je la comprends un peu… Depuis que j’ai cessé, il y a 2 ans, de jouer au golf avec mes amis à toutes les fins de semaine, nous avions maintenant l’occasion de passer du temps ensemble. Mais quand je vais aller les voir, je vais l’amener avec moi. Peut-être tombera-t-elle aussi sous le charme de ces petites machines, et acceptera de m’accompagner pour des randonnées en forêt où on redeviendra des enfants… Quoi qu’il en soit, c’est une histoire à suivre !